jeudi 22 décembre 2016

Révolution Roaccutane (Acnétrait) : Bilan 2e et 3e mois !

Bonjour à tous/tes ! On se retrouve avec probablement le dernier article de l'année, dédié au bilan bimestriel de mon traitement Roaccutane (générique Acnétrait). Je pense que c'est un rythme correct sachant que je ne publie qu'un à deux posts chaque mois.

Clic Clic pour mes aventures précédentes :
L'Acné, le Dermato et Moi - Un nouveau traitement ! (octobre 2015)
L'Acné, le Dermato et Moi : Consultation de printemps et modification du traitement ! (mai 2016)
L'Acné, le Dermato et Moi : Révolution Roaccutane (Acnétrait) + Bilan 1er mois ! (novembre 2016)


2ème mois : Intenses douleurs au rendez-vous !

Je vous en ai parlé sur la fin de mon premier article, avec ma Dermato d'un commun accord nous avons décidé d'augmenter le dosage de 40 à 50mg. Alors oui, ça parait fort comme dosage, mais du haut de mes presque 90kg (coucou surpoids), il faut savoir relativiser.

Sortie du 1er mois, où je n'ai eu finalement que très peu d'effets secondaires, je partais très optimiste pour la suite ! Le retour de bâton a été puissant. Je ne pensais sincèrement pas que juste 10mg de dosage changeraient tout.

D'abord, j'ai commencé à avoir des démangeaisons intenses en haut du dos. Mais pas genre les épaules ou autre endroit relativement accessible. Non, trop simple. Au milieu, à la fois assez haut et assez bas pour que mes mains mêmes contorsionnées n'atteignent pas la zone concernée. A l'arrivée chez la Dermato, elle m'a confirmé que c'était de l'eczéma sec. Et m'a conseillé d'hydrater beaucoup, ce que je ne peux évidemment pas faire. Elle m'a proposé tout de même une crème à la cortisone pour apaiser les démangeaisons, et là je dis oui ! C'est mon chéri qui s'y est collé, et heureusement cette crème, la Locatop, s'est révélée très efficace pour apaiser durablement.
Je partage avec vous des images de mes escapades parisiennes :-)
L'effet secondaire qui est apparu et qui me cause le plus de soucis, ce sont les douleurs articulaires. Mais pas n'importe lesquelles. Aux chevilles. Limite les articulations les plus sollicitées avec les mains ! J'imagine que ce sont des tendinites, dans le détail je ne sais pas trop.
Dans les faits, le matin au réveil, je suis raide comme un vieux. Je me lève et dès que mes pieds touchent le sol je ressent une douleur vive et intense dans chaque talon et cheville. Après quelques secondes la douleur passe et je peux faire ma journée comme si de rien n'était. De fait ça ressemble beaucoup à une douleur inflammatoire : raideur après un long moment d'inactivité, mais pas spécialement de douleur à l'effort.

Au niveau de la peau, j'ai eu un kyste ou un nodule (grosse boule sous la peau) sur le front au début du 2ème mois et je l'ai abattu à coup d'Eclaran. Pour le reste j'ai été assez tranquille. Ma peau n'était pas sèche de dingue, mes lèvres tiennent le coup, bref ça se passe bien ! Et sur ma prise de sang, j'ai même eu la surprise de voir mon taux de triglycérides baisser.

Nous avons donc choisi de rester à 50mg, avec tout de même la possibilité de revenir à 40mg selon mes douleurs articulaires.

3ème mois : diminution du dosage effective en cours de mois

Durant le 3ème mois, j'ai vraiment été attentive aux effets secondaires. Je suis sujette aux migraines (je suis un traitement de fond pour cela) et je suis lombalgique chronique suite à plusieurs traumatismes (chutes), du coup ces effets secondaires sont difficiles à saisir comme venant du médicament. Néanmoins, début décembre j'ai vraiment remarqué une fréquence de ces maux bien plus forte que d'habitude. Je me suis beaucoup plainte de mes migraines au chéri et je l'ai même averti que vu la raideur de mon dos ça ne m'étonnerait pas de chopper un lumbago prochainement !

Ensuite, les chevilles. Les douleurs sont allées crescendo. Il y a bien sûr la difficulté de se lever d'un pied assuré le matin - d'ailleurs, un jour j'ai failli tomber en me levant, en mode chevilles qui se dérobent -, à cause de la douleur. Mais les maux ont commencé à envahir le reste de ma journée. Après de longues vacations de taff (11 ou 12h) ou encore après avoir vadrouillé toute l'après-midi sur les marchés de Noël, j'en suis arrivée à me demander si je pouvais encore marcher, une fois chez moi...

Et l'eczéma, encore. Cette fois il m'embête moins dans le dos, il s'est déplacé sur mes épaules, et c'est nettement plus simple à traiter, autant pour hydrater que pour appliquer de la crème cortisone :-).

Ces 3 paragraphes pour vous dire que, finalement, ça a fait tilt ! Ma dermato m'avait dit que je pouvais diminuer le dosage à 40mg (en notant la date) si besoin. Je n'avais vraiment pas envie de le faire. Vraiment pas. Mais depuis maintenant 15 jours je l'ai fait, et je revis. Mes migraines ont repris une fréquence classique (entre 1 et 3 fois par mois), mes raideurs dans le dos sont encore là mais pas aussi fortes, et surtout, mes chevilles sont beaucoup plus supportables depuis quelques jours. Seul l'eczéma fait de la résistance mais ça c'est rien pour moi ! Et pas plus de boutons qu'à 50mg. En tant que traitement à long terme, ça va quand même de mieux en mieux de ce côté-là. Ma peau est également plus lisse.

Lors de la consultation ce jour, ma Dermato et moi avons donc logiquement choisi de rester à 40mg pour le mois à venir, tout en espérant que mes douleurs articulaires s'estompent pour de bon.

A bientôt pour de nouvelles aventures, en 2017 !

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année,

La Bise !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire